Karnet de route #3

Karnet de route #3

C'est l'histoire d'une 203

Le monde de la Kustom Kulture est vaste, et rares sont ceux ayant un pied dans tous les milieux composant cette passion, que ce soit les motos, les voitures, les vélo, ou même tout simplement les compositions artistiques, mais force est de constater qu'une fois acquis l'un des « accessoires » permettant d'entrer dans ce monde, la passion grandit et nous amène à toujours en vouloir plus... Nature humaine assoiffée de possessions en tous genres (capitalisme quand tu nous tiens) ou passion grandissante mêlée de curiosité... rien ne m'a jamais empêché de rêver pour peut être accéder un jour à l'inaccessible...

Après avoir eu ma première harley, j'ai acquis une Cox de 76, soit disant intégralement refaite ( pigeon que je suis ) que je garderai 3 ans et que je retaperai en grande partie suite à bon nombre de péripéties qui auraient pu me dégouter de la bagnole ancienne. Mon entourage en est témoin, entre le moteur (soit disant refait lui aussi) qui me lâchera au bout de 1000 bornes et les châssis et planchers intégralement mastiqué grossièrement et cachés au blaxton (aujourd'hui ce terme me fille des frissons tellement il est associé au maquillage des réfections faites par des incompétents) que nous prendrons le temps de refaire après avoir dé-coqué la bête. Je revendrai cette désormais magnifique bug, parce que je ne pouvais plus la rouler sans serrer les fesses... Syndrome post traumatique issu d'une accumulation sans nombre de pannes dues à un entretien et un bricolage du dimanche du précédent propriétaire...Force est de constater que j'ai du bien faire, puisque l'actuel propriétaire de cette cox n'a plus jamais eu le moindre problème... Un peu comme avec mes ex... Le monde des anciennes est parsemé d'embuches, et rien ne vous permettra jamais d’acquérir l'une d'entre elles avec l'assurance de repartir en toute confiance...A moins d'avoir un budget illimité... A vous de vous faire votre propre idée, mais pour moi tout s'est passé un matin de septembre 2020, au hasard d'une recherche sur le bon coin sans réel but, je tombai sur une annonce qui retiendra toute mon attention. Ça n’était pas le véhicule de mes rêves, parce que j'ai toujours fantasmé de me mettre au volant d'une Ford mercury eight coupé de 1951, d'un pick up Ford F100 datant de la même époque, voir d'un chevrolet C10... Mais l'argent ne poussant pas sur les arbres, n'ayant pas d'actions chez total, et surtout ne souhaitant pas une caisse à rouler juste le dimanche pour éviter de péter le Plan Epargne Logement, j'étais bien obligé de me résoudre à quelque chose de plus sobre et moins gourmand mais tout aussi sexy. Il me fallait une ligne basse, un look bien old school mais surtout et prioritairement avec des formes, parce qu'après tout, je suis un mec, et comme bon nombre d'entre nous, les formes nous filant la trique au vu des femmes à la courbure aguichante, elles ont le même effet sur moi pour les caisses d'époque... (j'en parlerai à mon psy pour savoir si je vais bien tout en sachant d'avance que je ne suis pas le seul) Bref, je tombe donc sur cette caisse, n'ayant jamais attiré mon attention par le passé, une peugeot 203 de 56, noire, rabaissée, avec des flancs blancs et des jantes bordeaux, rappelant le cuire des assises, du chromes et des roberies... Bref je craque et je contacte le proprio... En une semaine, le financement était trouvé, parce que photos à l'appui, le châssis a été entièrement restauré, ainsi que le moteur, pour le reste il manque quelques détails mais l'essentiel est là et je sais qu'il est de pus en plus compliqué de trouver toutes les pièces pour un model de cette époque... Développée en secret par Peugeot à la fin de la seconde guerre mondiale, elle sera présentée en 1947 pour un début des ventes en 1948, déclinée en berline, découvrable (cote à 40 000€) et coupé cabriolet (une gueule exceptionnelle mais cote dépassant les 80 000€) un model pick-up (rarement en bon état) ainsi qu'une version familiale à 7 places (bien trop lourde pour le moteur de l'époque). Je pars donc sur ce model berline dont les modifications sont plus qu'aguichantes.

Lire la suite...

Karnet de route #2

Karnet de route #2


C'est l'histoire d'un festival...

Je ne suis pas à l’origine de Kustom Workshop, au départ, il y avait Christophe et Mel, rencontré lors d’une magnifique mobilisation contre le port du gilet jaune à moto… Pour la faire courte, un nombre incroyable de motards avait répondu présent à l’appel de la FFMC, terminant devant le parlement Européen et amenant le Bus Officiel à devoir traverser les voies de tram pour pouvoir se dépêtrer… Bus qui finira embourbé sur les deux voies, mettant ainsi un terme à toute circulation, et qui permettra par la suite au comité d’être reçu pour exposer ses revendications. Christophe en profitera alors pour distribuer ses cartes de visite, nous faisant, le groupe de potes en Sportster que nous étions à l’époque, découvrir l’univers de Kustom Workshop… Ce sera le début d’une aventure folle, avec plus tard la découverte de Punta Bagna, Pèlerinage annuel de la Kustom Culture Européenne, rides à gogo et trips en tous genres. Après une année de collaboration, je reprendrai la tête de KWS au 1er janvier 2019 et me rendrai à mon premier festival en tant que pro, qu'il n'est pas necessaire de nommer...

Il n'était certes pas à la hauteur des attentes de beaucoup d’après les avis des clients, mais il n'est pas donné à tout le monde d'organiser quelque chose, et malheureusement aujourd'hui, il est bien plus facile de la ramener dernière un écran que de se sortir les doigts pour se lancer et organiser une activité. Merci donc aux organisateurs qui se reconnaitrons sans doute et bravos à eux, j'ajouterai de plus que ce n’est vraiment pas le pire truc auquel j’ai été amené à participer... Les trucs fait à l'arrache étant légion.

Lire la suite...

Karnet de route #1

Karnet de route #1

C'EST L'HISTOIRE D'UN KICK...

A force de rouler, de bricoler, réparer, améliorer (un très grand mot vous en conviendrez pour une bécane de 30 ans) et tomber dans un nombre incroyable de péripéties, m'est venu l'idée, comme bien d'autres avant moi, de prendre mon clavier pour vous conter mes mésaventure.

Possesseur du sésame rose depuis 11 ans environs, et n'ayant roulé que sur des modèles Harley Davidson, un Sportster Iron 833 en 2010 pour commencer et un Fat Boy de 1991 en 2016, j'ai pris un plaisir immense à parcourir les routes sur ce model de légende qui m'a fait rêver entant jeune comme sans doute beaucoup, lorsque j'ai vu terminator 2...

Après un moteur refait et grandement amélioré par les talentueux Cyril et Kevin d'Art of Racer, une boite changée après une casse, une pose de kickstart par mes soins (parce qu'on à beau dire, mais un démarrage au kick ça donne une demie molle) et un faisceau refait intégralement en compagnie de Corentin de Kick my Oldie avec la pose d'un MoUnit de moto gadget, j'ai pris l'habitude de partir sereinement pour des balades et des trips endiablés. Bien mal m'en à pris, car une ancienne a toujours besoin qu'on s’occupe d'elle sans ça la réalité vous rattrape sans crier gare, et vous plonge dans les méandres d'un stress incroyable.

Lire la suite...
© Copyright 2022 - Kustom Workshop - Design : Noisegraphix.fr - Tous droits reservés.
Paypal Paybox colissimo Chequepaiement securiseVirement
Haut de page